Echos confidentiels
Echos confidentiels

ADO attise la rivalité SORO-Ham BAK en vu de la conservation du pouvoir en 2020

                                                             (La lettre du continent)

 

En nommant Hamed Bakayoko ministre de la défense à l'issue du remaniement ministériel du 19 juillet, Alassane Ouattara a accru les tensions et les clivages entre ses dauphins putatifs au risque de déclencher une crise politique. Voici pourquoi. "Ennemi juré". Incapable d'endiguer les poussées de fièvre récurrentes des élé- ments pro-Guillaume Soro dans les casernes depuis le début de l'année, le président ivoirien n'a eu d'autres options que de confier le portefeuille ultra-sensible de la défense à son plus fidèle sécurocrate, Hamed Bakayoko alias "Hambak". Cette décision, pressée par un contexte d'insé- curité grandissant dans le pays, a subitement rebattu les cartes de la présidentielle de 2020.

A l'horizon 2018, Alassane Ouattara envisageait de nommer le ministre sortant de l'intérieur comme chef du gouvernement et ministre de la défense, de manière à libérer l'actuel premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, et permettre à ce dernier de se lancer dans la course à ce scrutin. Mais ce scénario a été contrarié par le rapide désamour de l'armée envers le ministre sortant de la défense, AlainRichard Donwahi, remisé au placard en se voyant confier le portefeuille des eaux et forêts. A sa nouvelle fonction, "Hambak", qui veut être le faiseur de roi pour 2020, pénètre dans le domaine réservé de Guillaume Soro, son "ennemi juré", dont il va s'employer à affaiblir l'influence au sein de l'armée dominée par les éléments de l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN).

 

Sa consécration a d'ailleurs été vécue comme une véritable déclaration de guerre par les cercles proches du président de l'Assemblée nationale. Torpiller l'alliance Soro-PDCI. Ouattara est d'autant plus tenté de jouer la carte Bakayoko contre Soro que ce dernier vient d'effectuer un rapprochement aussi spectaculaire qu'improbable avec le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) d'Henri Konan Bédié dit "HKB". Multipliant les demandes de pardon pour les méfaits des FN de 2002 à 2011, le président de l'Assemblée nationale espère ainsi récolter le soutien d'un appareil politique de poids dont il ne peut faire l'économie s'il veut peser dans trois ans.

HKB ne cache pas davantage son intérêt à soutenir l'ancien chef rebelle, ses rapports avec Alassane Ouattara relevant désormais de la défiance. Depuis plusieurs mois, le chef de l'Etat marque en effet sa volonté, à défaut de rempiler, de présenter un candidat issu du Rassemblement des Républicains (RDR) en 2020 au risque de violer le pacte au terme duquel il s'est engagé à soutenir un candidat issu de la formation houphouëtiste.

 

Ouattara, qui prépare sa succession, n'ayant pas l'intention de céder sur cette question, la crise politique est ouverte entre les deux formations unies au sein du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Médiation. Les tensions perceptibles entre le chef de l'Etat et Guillaume Soro, son ancien protégé, sont suffisamment fortes pour préoccuper les chefs d'Etat de la sous-région. Selon nos sources, Faure Gnassingbé se tient régulièrement informé de l'évolution de cette crise. Il pourrait sensibiliser d'autres homologues, à l'instar du congolais Denis Sassou Nguesso, pour jouer les médiateurs. Doyen de l'Afrique de l'Ouest après être arrivé au pouvoir en 2005, le président togolais connaît l'ensemble des acteurs politiques ivoiriens. Il est proche d'Alassane Ouattara avec lequel il a poussé à la paix des braves entre Patrice Talon et son prédécesseur Thomas Boni Yayi, en avril 2016, à Abidjan. Il connaît par ailleurs Guillaume Soro de longue date. L'ancien patron des FN a été présenté à l'actuel président du Togo dès 2002, année de soulèvement de la rébellion ivoirienne, par son père Gnassingbé Eyadema

 

(Source La lettre du continent N°758)

Titre la rédaction

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
contact.direct@echos-confidentiels.info

Infos plus

Documentation

Décision du Conseil Constitutionnel du 22 décembre 2010 relative à la prestation de serment par écrit de Monsieur OUATTARA Alassane
CC su Prestation serment ADO.pdf
Document Adobe Acrobat [103.4 KB]
Le Rapport complet de la CNDVR
CNDVR Rapport.pdf
Document Adobe Acrobat [2.3 MB]