Echos confidentiels
Echos confidentiels

Cache d’armes à Bouaké : vers une inculpation de KONE Souleymane Kamaraté dit « Soul to soul »

 

Les Ivoiriens très agacés par les différentes mutineries qui minent de manière récurrente leur quiétude, ont été encore plus éberlués par la découverte d’un arsenal dans la villa de « Soul to soul » à Bouaké, sans que ce dernier ne soit inquiété par la justice. Le constat est amer pour la majorité de la population, qui ne comprend pas le fonctionnement de cette justice à vitesse variable qui fait le distinguo entre les justiciables. Des cadres de l’opposition Ivoirienne ont été arrêtés sur simple dénonciation ou suspicion  de complot en préparation.

 

Selon les informations relayées par l’hebdomadaire « Jeune Afrique » et recoupées auprès d’une source crédible, Souleymane KAMARATE le chef de protocole et ami du premier cercle du PAN Guillaume SORO qui réfutait toute implication dans cette affaire aurait été trahi par une conversation téléphonique avec l’un des chefs des mutins. Les soldats insurgés qui se trouvaient en grande difficulté face aux forces loyalistes qui s’apprêtaient à les mater, ont eu leur salut grâce aux armes stockées chez « Soul to soul ». A court de munitions et insuffisamment équipés en armes, la défaite était inéluctable pour ces soldats en rupture de ban avec leur hiérarchie. Mais la situation militaire sur le terrain, avait positivement évoluée en leur faveur, avec le coup de fil inespéré du chef du protocole de SORO qui leur a indiqué la fameuse cache d’armes de plus de quinze tonnes. Ce qui a fait pencher la puissance de feu du côté des soldats en grognes et fait avorter le projet de leur réduction qui était envisagé par les forces  loyalistes.  

                                                                         

Mais ce que « Soul to soul » avait ignoré, est le fait qu’il était sur écoute depuis un certain temps et ses échanges téléphoniques avaient été enregistrés par les services d’écoute de la Présidence de la République. La question qu’on se pose actuellement, est de savoir pourquoi ces armes lourdes étaient entreposées chez ce cadre très proche du Président de l’Assemblée Nationale et qui de surcroit n’était pas militaire. La suite de l’enquête nous le dira. Nos investigations et analyses, nous démontrent en ce moment, que les fuites plus ou moins délibérées de certaines informations de cette affaire dans certains médias, augurent dans les jours ou les semaines prochaines, une probable arrestation du sieur Souleymane KAMARATE et de ses complices pour détention illégale d’armes de guerre. A moins que l’extraordinaire culture de l’impunité qui est d’usage en Côte d’Ivoire, pour certaines personnes « intouchables », ne s’applique.

 

Affaire à suivre…

Echos Confidentiels 15/08/17

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
contact.direct@echos-confidentiels.info