Echos confidentiels
Echos confidentiels

Clash ADO - SORO : les « ex Com zones » lâchent SORO

La rencontre entre le Président Bédié  et son protégé Guillaume SORO n'a pas encore fini de défrayer la chronique. Cette affaire, a mis au grand jour les récriminations qui gisaient à l'état latent au sein de la coalition du RHDP à propos de la succession du Président Alassane OUATTARA en 2020. Selon les dires des acteurs politiques concernés, ADO aurait fait des promesses qu'il refuserait de respecter ; d'où la colère du Président du PDCI et du PAN. Pour tordre le bras à leur allié d'hier afin qu'il honore ses engagements, ces derniers ont scellé un rapprochement stratégique qui n'a pas été apprécié par le Président de la République. Et cela a provoqué des remous au sein de l'appareil d'Etat avec le dégommage des cadres proches de ces deux leaders et un réaménagement technique du gouvernement qui a mis en orbite Hamed BAKAYOKO au Ministère stratégique de la Défense. Il a eu pour mission de la part du Président Alassane OUATTARA de « déparasiter » l'appareil militaire de tout ce qui empêche cette Institution de tourner dans le sens de la légalité Républicaine.

Dès sa nomination, ce dernier a demandé à toutes les composantes de la grande muette de se mettre à sa disposition sans délais et il n'a pas tardé à annoncer sa vision de réforme des Armées : discipline et soumission de tous les instants. Comme pour dire que la « recréation » était terminée. Si ce message passe bien pour certains « ex Com zones » comme KONE Zakaria ou CHERIF Ousmane proches d’ADO, il sonne comme une sommation pour les autres taxés de « Soroïstes » qui occupent des postes de commandement dans les FACI.

Dans la bataille que se livre Soroïstes, Démocrates et Républicains pour l'échéance Présidentielle de 2020, il serait suicidaire de se faire remarquer dans le camp de l'adversaire du régime. De source digne de foi, nous avons appris que tous chefs militaires des différentes Unités des Forces Armées de Côte d'Ivoire(FACI) ont fait allégeance au nouveau patron de l'Armée et que tous les ex chefs de la rébellion ne répondent plus aux coups de fil du PAN et ne lui rendent plus de visites comme ils avaient l'habitude. Cette méfiance signifie que les ex com zones de SORO ne veulent pas se trouver en ce moment du mauvais côté, surtout qu'ils sont soupçonnés par le pouvoir de vouloir préparer un coup d'État…

Affaire à suivre

Echos Confidentiels 01/08/17

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
contact.direct@echos-confidentiels.info