Echos confidentiels
Echos confidentiels

Election Présidentielle de 2020 : le face à face Bédié – ADO se précise

 

Erreur d’appréciation pour ceux qui disent ou qui pensent que 2020 est encore loin. La bataille pour la future élection Présidentielle 2020 a déjà commencé avec son lot d’hypocrisies et de coups bas. Pour preuve, nous assistons actuellement à des batailles de tranchées qui mettent à mal la cohésion des membres du RHDP et qui ont fait de nombreuses victimes de tailles dans les camps des deux prétendants à la succession du Président Alassane OUATTARA. L’adage populaire dit toujours que l’appétit vient en mangeant et les Républicains ne peuvent  dire le contraire plus particulièrement le camp Présidentiel où les langues se délient pour dire que l’allié PDCI a fait plus 40 ans au pouvoir et qu’il serait déraisonnable que leur formation politique se contente que d’une petite décennie de pouvoir. Ils sont d’autan plus irrités quand les partisans du Président de l’Assemblée Nationale réclament le témoin au brave « tchè » pour le compte de leur champion.  Les plus radicaux des Républicains bottent en touche le fait que les Soroïstes disent que c’est leur leader et ses hommes des forces Nouvelles qui ont permis à ADO de prendre les rennes du pouvoir après les résultats controversés du second tour de l’élection Présidentielle de 2010. Mais c’est sans compter sur certains membres influents de la case qui vont plus loin pour dire que le PAN SORO  n’est que leur créature qu’ils ont eu à soutenir pour le contrôle des Forces Nouvelles au détriment d’Ibrahima Coulibaly dit « IB ». Le jugement est encore plus sévère quand  un membre du Gouvernement le traite d’opportuniste et de faux brave, qui s’est attribué « trois pères ». La crise est tellement profonde au sein de la coalition des alliés d’hier, que des voix insistantes s’élèvent au sein du RDR pour  demander purement et simplement au Président ADO de se mette dans les starting-blocks pour la course d’un troisième mandat en 2020.

 

Après la purge opérée par le Président Alassane OUATTARA au sein du PDCI, le sphinx de Daoukro a demandé aux militants du parti qu’il préside de garder leur sérénité et de se concentrer exclusivement sur l’élection Présidentielle de 2020. Compte tenu de la pléthore de cadres ayant aussi des ambitions au sein du vieux parti, il n’est pas exclu que le Président Bédiè soit tête de liste d’une nouvelle coalition incluant Guillaume SORO à la prochaine échéance Présidentielle de 2020. Tous les signes le démontrent avec la fermeté avec laquelle il dirige le PDCI et surtout  l’engouement qui a caractérisé sa rencontre avec le PAN. La nouvelle Constitution etant en vigueur, « N’zuéba » n’attend que ce moment pour prendre sa revanche sur ceux qui l’avaient dépossédé de son pouvoir en 1999. Même si des voix discordantes se font entendre de temps en temps, il n’en demeure pas qu’il soit le meilleur candidat face au Président OUATTARA en 2020.

 

Echos Confidentiels

 

A lire aussi : Scandale au Conseil Constitutionnel : le Président KONE Mamadou demeure encore Secrétaire Général par intérim des Forces Nouvelles

 

Prochain congrès du RDR : destin miné pour Guillaume SORO

 

Cache d’armes à Bouaké : vers une inculpation de KONE Souleymane Kamaraté dit « Soul to soul »

 

Crise au PDCI : Bédié en grande difficulté

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
contact.direct@echos-confidentiels.info