Echos confidentiels
Echos confidentiels

Guillaume SORO sera t-il arrêté ?

 

Le clash entre le Président de la République Alassane OUATTARA et l’actuel Président de l’Assemblée Nationale Guillaume SORO est si intense qu’il a atteint un point de non retour. Selon les révélations du journal « Koaci », le Ministre FOFANA Siandou membre de la délégation qui est allée rencontrer le Président Henri KONAN  Bédié en France, aurait affirmé en privé que « Bogota » projetait de faire d’un coup d’état avec la complicité de certains « ex Com zones » de l’ex rébellion pour le mois de septembre. Et que le Président ADO aurait décidé de contrarier coûte que coûte les ambitions de l’actuel président de l’Assemblée nationale avec un dossier solide permettant de l’envoyer à la Cour pénale Internationale (CPI).

Pour que ce scenario soit possible, il faudrait que le PAN SORO soit dépouillé de son immunité Parlementaire, alors que les disposions de la Constitution Ivoirienne ne prévoient en l’état actuel aucune possibilité de destituer le président de l’Assemblée nationale, sauf s’il y a Flagrant Délit. La loi fondamentale de la Côte d’Ivoire est très claire en son articles 92 qui stipule : « Aucun membre du Parlement ne peut, pendant la durée des sessions, être poursuivi ou arrêté en matière criminelle ou correctionnelle qu'avec l'autorisation de la chambre dont il est membre, sauf le cas de flagrant délit.

Aucun membre du Parlement ne peut, hors session, être arrêté qu'avec l'autorisation du bureau de la chambre dont il est membre, sauf les cas de flagrant délit, de poursuites autorisées ou de condamnations définitives.  La détention ou la poursuite d'un membre du Parlement est suspendue si la chambre dont il est membre le requiert ».

Avec sans doute la découverte de la cache d’armes au domicile du chef de protocole du PAN Guillaume SORO et s’il s’avérait qu’il ait une relation de cause à effet entre cette affaire et la tentative d’atteinte à la Sûreté de l’état que prétendrait le Ministre FOFANA, alors « les carottes seront cuites » ; car les lois spéciales prévues pour ce genre d’infraction s’appliqueront sans possibilité d’échappatoire pour ce dernier et ses présumés complices. 

 

Affaire à suivre…

Echos Confidentiels 27/07/17

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
contact.direct@echos-confidentiels.info

Infos plus

Documentation

Décision du Conseil Constitutionnel du 22 décembre 2010 relative à la prestation de serment par écrit de Monsieur OUATTARA Alassane
CC su Prestation serment ADO.pdf
Document Adobe Acrobat [103.4 KB]
Le Rapport complet de la CNDVR
CNDVR Rapport.pdf
Document Adobe Acrobat [2.3 MB]