Echos confidentiels
Echos confidentiels

Le RDR aurait-il bénéficié d’argent sale de l’ex rébellion ?

 

Après l’échec du coup d’état du 19 septembre 2002, qui s’est mué en rébellion, la Côte d’Ivoire a été partitionnée en deux zones pendant plus d’une décennie.  

 

La zone Nord occupée par l’ex rébellion fut le théâtre d’une guerre fratricide sanglante entre « pro IB » et « pro Soro » pour le contrôle de la Direction du MPCI, le nom initial de la rébellion Ivoirienne.

 

Selon les indiscrétions d’un ex cadre des Forces Nouvelles,  Guillaume Soro a réussi à prendre le contrôle des FAFN,  grâce aux soutiens  du Rassemblement des Républicains (RDR) d’Alassane Ouattara et Baise Compaoré, ex Président du Faso.

 

En 2003, la « DIRMOB » qui avait été mise en place par feu « IB » depuis le début de la crise pour administrer la zone, a été dissoute par Soro et remplacé par une autre dénommée « La Centrale » qui avait pour mission principale la mobilisation et la gestion des ressources financières de la zone sous contrôle.

 

Poursuivant ses propos, l’ex cadre rebelle désabusé par la perte de son poste de haut cadre dans l’Administration, suite à la crise entre son leader Soro et ADO, dévoile des sources de financement dont aurait bénéficié le Rassemblement des Républicains dans un passé récent.

 

Il affirme sans équivoque que « la centrale » aurait apporté chaque année un soutien financier de plusieurs centaines de millions de francs cfa à la Direction du RDR jusqu’en 2010.

 

Affaire à suivre…

 

Echos-confidentiels.info 21/11/17 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
contact.direct@echos-confidentiels.info

Infos plus

Documentation

Décision du Conseil Constitutionnel du 22 décembre 2010 relative à la prestation de serment par écrit de Monsieur OUATTARA Alassane
CC su Prestation serment ADO.pdf
Document Adobe Acrobat [103.4 KB]
Le Rapport complet de la CNDVR
CNDVR Rapport.pdf
Document Adobe Acrobat [2.3 MB]