Echos confidentiels
Echos confidentiels

SORO n'ira pas rencontrer Laurent GBAGBO à la Haye

 

Depuis la tempête déclenchée par la rencontre de Paris entre « Bogota » et le « Sphinx » de Daoukro,  le Président de l'Assemblée Nationale est rentré en Côte d'Ivoire le jeudi 20 juillet 2017 après un séjour de plus de deux semaines en Europe. Très affecté par les représailles subies par ses partisans  et affaibli par la menace de réouverture de ses dossiers judiciaires par le Président Alassane, SORO a voulu faire bonne figure dès sa descente de l'avion. Il a annoncé qu'il demandait pardon aux ivoiriens pour tous les torts qu'il leur a fait depuis le déclenchement de la crise en 2002 jusqu'à ce jour et qu'il demandera également pardon à ses ainés Alassane OUATTARA, Henri KONAN BEDIE et « même » GBAGBO. Si ces rencontres sont possibles pour Bédié et ADO, il y a un hic pour Laurent Gbagbo en jugement à la CPI. Selon des sources concordantes, le PAN aurait profité de son séjour en Europe pour rencontrer Nady BAMBA, la compagne du Président Gbagbo à Bruxelles.  Dans leurs échanges, celle-ci avait conseillé au PAN d'aller rendre visite à son ancien patron. Ce qu'avait accepté SORO. C'est après l'effet d'annonce de cette visite à GBAGBO au nom de la réconciliation, que « Bogota » s'est rendu compte que l'espace de ses déplacements en Europe était limité. Les Pays Bas qui abrite la CPI, est une zone à risque pour lui, car s'il commettait l'erreur de se rendre dans ce pays, il courait le danger de se faire cueillir comme un fruit mûr, le cas Bemba donnant à réfléchir. Surtout que plusieurs Mandats d'arrêts sous scellés visant toutes les parties des deux camps de la crise post-électorale de 2010 sont en attente de la décision politique. Et il est conscient que le Premier Ministre Gon Coulibaly ne lèvera pas un seul doigt pour lui venir en aide comme la fois dernière à Paris où il avait été très inquiété par « la petite juge » d'instruction Sabine Kheris. AGC avait réussi à convaincre le Président Alassane OUATTARA de faire pression diplomatique sur le Gouvernement Français, afin que le PAN ne soit pas arrêté comme un vulgaire malfrat. SORO, le « héros » du 19 septembre 2002 et le « libérateur » de 2010 commence à se poser la question à savoir s'il n'est sans doute pas tombé dans un piège tendu par celui qu'il a plusieurs fois trahi.

Affaire à suivre

Echos confidentiels du 22/07/17

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
contact.direct@echos-confidentiels.info

Infos plus

Documentation

Décision du Conseil Constitutionnel du 22 décembre 2010 relative à la prestation de serment par écrit de Monsieur OUATTARA Alassane
CC su Prestation serment ADO.pdf
Document Adobe Acrobat [103.4 KB]
Le Rapport complet de la CNDVR
CNDVR Rapport.pdf
Document Adobe Acrobat [2.3 MB]